Antique Apothicaire Serristori à Figline e Incisa Valdarno

L'Hôpital de SS. Annunziata de Figline, a été fondée pour accueillir les pauvres et les malades, construite en 1399 par Ser Ristoro Jacopo Serristori. L’hôpital Serristori c’est développé dans le quartier central de Figline, occupant un côté de la place Ficino jusqu'en 1890 et puis par la suite il a été déplacé en dehors du centre-ville dans la Villa de San Cerbone, où à présent se trouve encore la vieille apothicaire.

Dans le nouvel hôpital le peintre florentin Giovanni di Tano Fei réalise en 1399 un polyptyque maintenant démantelé, ce dernier fut mentionné dans les inventaires de l'hôpital du XVIe siècle sur l'autel de la chapelle. Le centre de la Vierge et l'Enfant avec des anges est toujours conservée dans les locaux de l'apothicaire, tandis que les côtés avec les Saints Jacques le Majeur et Jean-Baptiste et les Saints André et Antoine Abbé appartiennent à des collections privées. Nous pouvons encore voir dans la chapelle de l'Hôpital l’Annonciation du peintre Ludovico Cardi dit le Cigoli (1559-1613) réalisée vers 1580, une autre des nombreuses œuvres créées pour les différents locaux de l'établissement.



L’antique pharmacie est née prés de l'hôpital dans la première moitié du XVIe siècle et rénové en 1724. A l’intérieur nous pouvons y voir conservé des meubles du seizième (des tiroirs, des étagères), avec des ajouts datant du XVIIIe siècle et au moment du transfert du siège. Sont exposés des céramiques et des vitreux du XVe au XIXe siècle et des vieux portraits.
Selon le témoignage du plus ancien inventaire, hôpital se refournissait d’objets de constructions récentes des céramistesde Figline, d’Impruneta et également de Deruta. Cependant, la plupart des restes de séries de vases en faïence du XVIe et XVIIe siècle viennent de Montelupo. Les objets en verre étaient demandés aux artisans locaux (i bicchierai: les verriers), tandis que les plus raffinés été importés de Venise. Il reste encore un certain nombre de pots de verre de différentes tailles du XVIIe et XVIIIe siècles qui conservaient des plantes médicinales; dans l’interne des conteneurs on retrouve encore des résidu des plantes et des composés chimiques de médicaments inscrites sur les étiquettes avec la calligraphie datant du XIXe siècle (polizzini). Le lieux d'application de leur production n'est pas facilement identifiable, mais la plupart semblent avoir été produite en Toscane.

 

StampaEmail