Le Musee d’Art Sacre de la Collegiale de Santa Maria à Figline e Incisa Valdarno

A l’intérieur de deux salles commune de la sacristie de l'église de la Collégiale de Santa Maria à Figline, vous pouvez découvrir une petite et précieuse collection d’œuvres d'art sacres, ouverte en 1983. Les murs du musée, abrite une collection de peintures, d’ornements, des bijoux, des décorations et des manuscrits enluminés de la Collégiale et des églises qui sont en proximités.
Dans l'église, il y est exposé un magnifique tableau du Maître de Figline avec la Vierge et l'Enfant et les six anges avec Sainte Élisabeth de Hongrie et de Saint Louis de Toulouse (connu aussi sous le nom de Saint Louis d’Anjou). Cette œuvre a été réalisée après 1317, l'année de la canonisation de Saint Louis, prince Angevin renonçant au trône de France pour devenir un moine franciscain. Sa présence et celle d'une autre sainte franciscaine importante donne référence à l' origine de l'œuvre d'une église liée à l'Ordre: l'absence d'informations fiables supposent que l'emplacement d'origine se trouve dans l'église de San Francesco à Figline. Le grand trône de la Vierge se fait selon un point de vue empirique audacieux, qui rappelle les œuvres de Cimabue et de Giotto à Assise. Vers la fin du XVe siècle, le tableau à forme de pointe a été intégré avec deux tables avec les anges. Dans le musée, vous pouvez voir l'œuvre d'un artiste proche de Ghirlandaio dont l’identification est peut-être attribuée au peintre Bartolomeo di Giovanni.Dans l'église il ya aussi un tableau attribué au peintre Giovanni Andrea Marche de Magistris, datant de 1539, avec la Vierge avec l'Enfant avec des saints Roch et Romulus; celui-ci porte le modèle de la ville de Figline (partie du diocèse de Fiesole, dont le saint était patron).
La première salle de ce musée abrite une terre cuite partiellement vitrée Della Robbia: la coloration du teint du saint est obtenu avec de la peinture à l'huile appliquée à froid. Cette œuvre , représente Saint Joseph et date d’une époque qui tourne aux alentours de 1505-1510, provenant de la Collégiale. Dans la même salle vous y trouverez aussi une intéressante série de panneaux en bois polychromes avec des symboles de la Passion du Christ, utilisé pour la procession du Vendredi Saint; réalisées au dix-neuvième siècle, provenant de l'église de San Michele in Pavelli.
Dans la seconde salle, sont exposés quatre grands tableaux, dont nous soulignons la grande table de 1590 sur le Martyre de San Lorenzo de Ludovico Cardi dit Cigoli (1559-1613), qui provient de l'oratoire de la confrérie consacrée au saint martyr à l'hôpital Serristori Figline. Les Serristori fut une des première famille intéressée a commander au jeune Cigoli des œuvres pour leur propre compte, à l’époque ce dernier était particulièrement influencé par Passignano mais à peine de retour de Venise, où il avait enrichi la technique des couleurs de sa douce et lumineuse œuvre sur ce moment, son tableau est acheté par la famille des Médicis en 1783 et ce dernier vient conservé dans les dépôts de la Galeries de Florence puis il revient dans le territoire à Figline dans les années quatre-vingt. Dans la même salle sont exposés trois livres de chœur lumineux dignes d’être cités, notamment les deux manuscrits enluminé de la seconde moitié du XVe siècle, œuvres peut-être qui proviennent du Florentin enluminé Attavante ou Attavanti (1452-1520).
Dans la troisième salle, à laquelle on accède par un beau portail en pierre, il ya des papiers peint et du mobilier liturgiques des siècles XVI-XIX. Il est également exposée une " polyptyque " avec l'Adoration des Mages qui se situent dans le centre et sur les cotés Saints André et Jacques et Saints Jean-Baptiste et Antoine Abbé, récemment déménagé de l'église de Sant'Andrea à Ripalta, realisét en 1436 par le florentin Andrea di Giusto Manzini (documenté entre 1420 et 1450). C'est un travail très riche, complété par une estrade basse avec des histoires de la vie de l'apôtre Saint André, avec sur les cotés des figures de deux patrons à genoux, dont l'un est identifié avec Bernard Thomas Serristori grâce à l'inscription à la base de l'ordre principal; en haut dans les pointes latérales se présente la scène de l'Annonciation, tandis que la quadrature sont décorées avec des figures de Saints et des Prophètes. Le style gothique encore présent du peintre fait sentir la connaissance des œuvres de Bicci di Lorenzo, de Lorenzo Monaco et de Masolino, notant dans la technique quelques traits de la Renaissance (Masaccio, Fra Angelico).
Dans la sacristie, où la voute du plafond est décoré à fresque avec la scène du Sacrifice d'Isaac de Tommaso Gherardini (1715-1797), aussi nous pouvons voir entre d’autre la peinture de St. Stanislas Kostka, réalisée vers 1859 par Égisthe Sarri (1837-1901), peintre à l'origine Figlinesi, exposant la connaissance de l'art de l’histoire roman. L’œuvre de la Mort de Saint Joseph est également réalisée par Sarri, actuellement exposé dans la collégiale et provenante de l'église de San Pietro in Viesca (1862).

StampaEmail