Musée d'Art Sacré de Vallombrosa à Reggello

Le monastère de Santa Maria de Vallombrosa, Maison Mère de la Congrégation, se dresse sur un lieu vers le milieu du XIe siècle, où le fondateur San Giovanni Gualberto construit une simple première chapelle pour le petit groupe de moines qui s'était retiré avec lui dans un ermitage. Le grand aspect de la présente datation complexe monastique remonte en grande partie aux quinzième et dix-septième siècles, à l'exception de la tour du XIIe siècle. Dans l'église a lieu une décoration baroque fin du XVIIIe siècle.
Le musée ouvre ses portes en Juin 2006. Il occupe une section sur le côté arrière droit de l'abbaye; il expose une grande partie de l'héritage artistique encore présente dans l'abbaye, avec des objets provenant d'autres institutions de la Congrégation de Vallombrosa, comme Santa Trinita à Florence.Dans la grande salle est exposée un échantillon "des trésors" différents tel que des vêtements, des peintures, des livres et des manuscrits, des objets tels que de la poterie et des vieux missels. En outre, un nombre important de scagliola (gypse de faux marbres), témoigne l'activité artistique particulière de Hugford Henry Abbot, qui au cours du XVIIIe siècle a conduit aux plus hauts niveaux cette technique, caractérisée par l'utilisation de poudre sélénite mélangée avec des couleurs différentes pour former une pâte à étaler tout en suivant les règles prédéfinies, créant ainsi une sorte de marqueterie.
Dans cette salle il ya deux œuvres qui sont revenues dans le lieu d’origine à l'occasion de l'ouverture du musée après avoir été retiré suite à la suppression des ordres monastiques souhaités par Napoléon en 1810. Une est le Parato Altoviti, composé d'un frontal d’un panneaux décoratif, deux tuniques liturgiques et une planète, faits de tissus précieux richement brodés, se référant aux abbés Francesco Altoviti (1454-1479) et Biagio Milanesi (1480-1513/14) et datant du milieu et la fin du XVe siècle. L'autre est le grand retable avec la Vierge et l'Enfant avec les Saints Blaise, Jean Gualbert, Beneditc et Antoine Abbé de Domenico Ghirlandaio et son atelier, probablement commandée par l'abbé Milanesi. Une œuvre qui a retrouvé à briller avec ses couleurs émaillées après une restauration longue et complexe. Les deux œuvres ont été donnés et déposées au dépôt des Galeries de Florence, à partir de laquelle elles ont été acquis jusqu’au XIXe siècle.
Certaines vitrines montrent des livres anciens imprimés et des manuscrits datant du (XIII-XVe siècles), dont beaucoup viennent de la bibliothèque de l'abbaye. Une béquille en forme de tau en ivoire, argent et émail de forme similaire à un bâton réalisée au XIVe au XVIe siècles par Saint Jean Gualbert, un symbole de la puissance de l'abbé de Vallombrosa.Sont présentés dans la salle voisine du mobilier liturgique XIV-XX siècles, y compris les calices, ostensoir et reliquaires. Parmi les objets les plus fascinants est le reliquaire a forme de clou en or émaillé avec un saphir, qui a été donné à Vallombrosa par St. Louis IX , roi de France 1230 en échange de la main de la relique de Saint Jean Gualbert. Le bras du saint selon la légende a été amené ici par les anges de l'abbaye où il a gardé le corps est inséré dans le grand reliquaire du bras en vermeil, émail et pierres précieuses, commandée par l'abbé Milanais orfèvre Paolo di Giovanni Sogliani, qui l’a effectué en 1500.
Le musée n'est pas la première installation du genre dans Vallombrosa, dès le XVIIIe siècle l'abbaye abritait une collection hétéroclite d'objets archéologiques, de fossiles et des œuvres d'art commandées par l'abbé Lotario Bucetti (1791-1792). La collection a été presque complètement dispersé avec des suppressions de 1810, mais il reste à encore un inventaire de ses richesses.Les suppressions napoléoniennes précités comportent de nombreuses œuvres dispersées de l’abbaye, aujourd'hui conservés à Florence: le retable de l'Assomption de la Vierge de l’autel margeur du peintre Pérugino (déjà remplacé par une toile de Volterrano faite sur le même sujet) qui se trouve maintenant à la Galerie de l'Académie; la soi-disante Pala Vallombrosana d’Andrea del Sarto à l'ermitage de la Celle est préservée, démembré, dans la Galerie des Offices de Florence.

StampaEmail