Paroisse de San Leolino à Rignano sull'Arno

Les trois nefs séparées par des arcs reposant sur une section quadrangulaire de piliers s’achève par des absides, les parois de calcaire et de pierre fort et la partie inférieure de la tour sont des éléments typiques de l'architecture romane du XIe-XIIe siècles. En cette période nous retrouvons, la structure de l'église de San Leolino, qui a remplacé une construction existante mentionné pour la première fois dans un document de 1008. Au quinzième siècle l’église devient possession des seigneurs de Castiglionchio et Volognano.
L'intérieur est le résultat d'une restauration avec lequel vous souhaitez restaurer un bâtiment son aspect d'origine, qui ont commencé en 1883, avec lequel les ajouts du XVIIIe siècle ont été enlevés ainsi que le lourd rideau des arcs et fut refait un nouveau projet qui a pris fin en 2000 avec la réouverture de l'édifice.L'église conserve de nombreux œuvres, dont certaines ont été transférées dans leurs lieux d'origine à partir du XVIe siècle.
A l'autel de gauche est visible une fresque du Couronnement de la Vierge avec les Anges et Sainte Agathe et Sainte Marie Madeleine (perdu deux homologue masculin à gauche) datant de la fin du XIVe siècle, où a été également récupéré le dessin préparatoire de la fresque. Il est possible que l’œuvre est venu dans la paroisse entre les XVIe et XVIIe siècles, mais nous n’avons pas de traces de l’origine de l'église. Puis nous pouvons voir trois tables qui représentent nombreux Mystères du Saint Rosaire (l'Annonciation, la Présentation de Jésus au Temple, le Chemin du Calvaire), œuvres restante, après le vol de 1980 et un grand cadre avec quinze scènes, commandée en 1636 par la Société nouvellement formée par le Saint Rosaire pour encadrer cette fresque sur l'autel de sa propre chapelle.
Sur la droite est placée la fresque fragmentaire de "Notre-Dame de la Consolation", une Madone du Lait faite par le peintre Bicci di Lorenzo au début du XVe siècle, vénérée dans l'oratoire de Sezzano jusqu'en 1797, puis transporté à Vallombrosa, où il fut transféré à San Leolino en 1811. Il est possible que la composition prévoyait certains figures entières de saints sur les côtés de la Vierge sur le trône.
Parmi les œuvres créées dans cette église, n’oublions pas de nous rappeler le font baptismal en terre cuite émaillée par l'atelier de Santi Buglioni, décoré de six histoires de Saint Jean-Baptiste (du début du XVIe siècle ), ainsi que terre cuite polychrome bas-relief de la Nativité de la Vierge, par un sculpteur inconnu actif vers la fin de ladite période maniérisme stylistique vers la seconde moitié du XVIe siècle.L'Assomption de la Vierge avec des saints Laurent et Sixte II est probablement venu à San Leolino seulement au début du XIXe siècle. La restauration de 1986 a permis la récupération de la toile et la découverte de la signature du peintre Marco Confortini (1565 env.-1641) et la date de 1603.

StampaEmail

<